£0.00 0
Panier

Aucun produit dans le panier.

Plongée en profondeur : S'affranchir de la coca grâce au cacao et à l'agroforesterie de Cuencas del Huallaga 

1er mai 2024

Là où tout a commencé

Histoire de San Martin 

Dans les années 80, les Péruviens des zones rurales avaient largement recours à l'échange de marchandises pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Les principales cultures étaient le maïs, le yuca et les bananes. 

Cependant, l'introduction de la culture de la coca a changé cette mentalité en apportant de l'argent à la communauté. Avec la production de coca, des entreprises ont vu le jour et le développement du village a été associé à cette nouvelle culture. Cependant, l'introduction de la coca a également eu un impact négatif sur l'environnement, car la déforestation a fait place à de nouvelles plantations de coca. Elle a également favorisé l'émergence du terrorisme et du trafic de drogue, créant un climat d'insécurité dans la région de Juanjui.

En 1995, afin de rétablir la paix dans la province, un programme anti-drogue a été lancé en collaboration avec la coopération internationale des Etats-Unis. L'une des mesures prises a consisté à larguer, à l'aide d'hélicoptères, des capsules de champignons nocifs. Cependant, cette méthode a également détruit la flore et la faune de la région, entraînant un désastre environnemental. La population locale a été confrontée à la famine, car il n'y avait pas de cultures alternatives. Pendant trois ans, l'économie de la région a été une économie de subsistance, les producteurs luttant pour leur survie. 

En 1997, le gouvernement a mis en place un programme de développement alternatif pour aider le district de Juanjui. Ce programme a soutenu les agriculteurs dans la création de plantations de café dans les montagnes et dans la production de cacao dans la vallée. Durant cette période, les champs ont bénéficié d'un soutien massif, ce qui a créé une dynamique économique positive. En effet, les familles ont pu scolariser leurs enfants et ont bénéficié d'un niveau de vie plus stable grâce à leur intégration dans un marché plus équitable. Aujourd'hui, les nouvelles générations, grâce à leur formation universitaire, contribuent à améliorer le rendement des cultures et à relever les défis environnementaux actuels. 

Par ailleurs, l'une des organisations d'agriculteurs qui a vu le jour en 2017 est la coopérative Cuencas del Huallaga. Cette coopérative, fondée sur les valeurs de transparence et d'intégrité, aide les producteurs de cacao dans leur développement. Au départ, c'est Melvi Tocto, le fondateur de la coopérative, qui a pris l'initiative d'aider les producteurs de café. Au début, la coopérative ne comptait que 15 membres. Aujourd'hui, elle comprend onze zones dans la province de San Martin, possède deux entrepôts de stockage de cacao sec et compte plus de 520 membres répartis sur plus de 2 000 hectares.

 Que fait la coopérative Cuencas del Huallaga ? 

  • soutient les agriculteurs dans la gestion de leur production certifiée et leur fournit des connaissances agricoles
  • Contrôler l'application des engrais et apprendre aux producteurs à les utiliser de manière appropriée.
  • Promouvoir les techniques de lutte contre les mauvaises herbes et encourager le choix de cultures respectueuses de l'environnement
  • Encourage les producteurs à réinvestir les primes obtenues dans le secteur agricole
  • Sensibilisation aux avantages de l'agroforesterie et de la protection des sols à l'aide d'une couverture végétale
  • Instaure une discipline et maintient la productivité malgré la maladie 
  • Améliorer les conditions de travail en facilitant l'accès aux produits biologiques pour traiter les affections
  • s'engage dans le développement durable des producteurs de cacao, en respectant les meilleures pratiques agricoles

La prime du commerce équitable est répartie comme suit :

Prix d'une tonne de cacao biologique et équitable :
Prix par tonne (05/05/2023) : 3060 $ Prime fixe Fairtrade : 240 $ par tonne Prime fixe Organic : 300 $ par tonne
Total : 3600 $ par tonne 

30 % de la prime est attribuée aux producteurs, ce montant étant inclus dans le prix d'achat payé aux agriculteurs. Les producteurs sont libres d'investir cette part comme ils l'entendent, mais la coopérative les sensibilise à l'importance d'investir dans l'économie circulaire agricole.

40 % de la prime est investie dans la productivité des cultures (conformément aux normes, un investissement d'au moins 25 % dans ce secteur est légalement requis). Cela permet aux techniciens agronomes qui soutiennent les producteurs sur le terrain. 

20 % de la prime sont investis dans l'infrastructure de l'association.

Les 10 % restants sont affectés à des initiatives de représentation, à des foires et à des assemblées.

Initiatives mises en œuvre grâce à la prime du commerce équitable : 

Initiatives mises en œuvre grâce à la prime du commerce équitable : 

  • À la fin de chaque année, la coopérative offre gratuitement un panier alimentaire de Noël.
  • Financement de l'ensemble du processus de certification, y compris le paiement des inspecteurs
  • Recherche sur le développement d'insecticides biologiques
  • La communauté de Juanjui à Ucayali, qui n'a pas d'eau potable, aura bientôt accès à l'eau courante grâce à la prime du commerce équitable.
  • Organisation de fêtes pour rassembler les agriculteurs et maintenir la cohésion au sein de la coopérative

Production de cacao  

Dans la région de San Martin, le cacao représente environ 40 % des cultures, le riz 30 %, le café 10 % et le maïs 10 %. La production de cacao dans la région a un rendement de 1 120 kilogrammes par hectare.

Ces dernières années, les producteurs de cacao ont constaté une augmentation des maladies affectant les cacaoyers. Le changement climatique a brouillé les saisons autrefois distinctes, créant des conditions favorables au développement de maladies telles que le Monilia et le Phytophthora. Il a également entraîné une prolifération des ravageurs et des champignons, ce qui s'est traduit par une baisse substantielle des rendements agricoles. En outre, une connaissance insuffisante de l'utilisation des machines a des effets néfastes sur les plantations. Certains cultivateurs endommagent involontairement les troncs des cacaoyers, les rendant plus sensibles aux infections fongiques et autres parasites.

En outre, les problèmes de contamination par les pesticides, les herbicides et les insecticides proviennent principalement des cultures de maïs et de riz avoisinantes. Parfois, les producteurs de cacao dont les champs sont fortement contaminés ne peuvent plus obtenir la certification biologique et sont contraints d'abandonner leur exploitation. Un cas concret s'est produit à Sisa de Huallaga, où la coopérative a été contrainte de fermer cette zone au commerce biologique. 

Pour contrôler la contamination potentielle par des cultures non biologiques, la coopérative effectue, avec l'aide d'ingénieurs agronomes, des contrôles quotidiens dans les exploitations. Elle a déjà mis en œuvre diverses mesures, telles que : 

  • Les rangées de cacaoyers adjacentes aux cultures non biologiques ne sont pas prises en compte lors de la récolte biologique. Ce système agit comme une barrière si les voisins utilisent des produits chimiques. 
  • Analyse des feuilles pour déterminer s'il y a eu contamination par des produits chimiques. Une analyse de 0,6 indique que l'herbicide a été utilisé la veille, une analyse de 0,06 indique une utilisation il y a deux mois, et une analyse négative indique une utilisation il y a six mois ou plus.
  • Le pourcentage de cadmium peut également apparaître dans les analyses, mais il est impossible de déterminer s'il est d'origine naturelle (par exemple, à partir du phosphore dans les roches) ou chimique 

Terroir

Le terme "terroir", dérivé du mot "terre", est apparu pour la première fois au XIIe siècle. Il désigne une région naturelle où sont cultivés des produits agricoles. Une combinaison de facteurs contribue à créer des caractéristiques organoleptiques uniques dans le produit final.

Insecticides biologiques 

En 2023, la coopérative a commencé à s'intéresser à l'étude d'insecticides biologiques pour lutter contre les parasites qui endommagent les plantes. Deux ingénieurs agronomes effectueront des tests sur trois plantes différentes en utilisant différentes méthodes. Ces méthodes comprennent les décoctions, la fermentation et l'extraction. 

Les trois plantes étudiées sont le Neem, le Castor feve et le Dieffenbachia, qui possèdent des propriétés insecticides permettant de créer un produit entièrement naturel. Dès le mois d'août, une fois les liquides obtenus, des tests seront d'abord effectués sur des feuilles récoltées dans les champs afin d'observer les réactions des plantes. Par la suite, les tests seront effectués dans une zone d'étude dédiée, débarrassée de tout autre insecticide afin de ne pas fausser les résultats.

Si l'un des insecticides naturels s'avère efficace, les ingénieurs devront alors déterminer le dosage optimal du liquide pur avec de l'eau afin de maximiser la rentabilité du projet en produisant de plus grandes quantités de liquide.

L'objectif final est de mener une étude complète afin d'établir une base solide pour l'utilisation indépendante de ces insecticides sur les 2000 hectares de terres. En produisant son propre insecticide, la coopérative pourra s'affranchir du système coûteux d'achat de pesticides sur le marché, tout en gardant un contrôle total sur sa composition pour une plus grande transparence.

De plus, cette approche permettra à la coopérative de réaliser d'importantes économies. En effet, l'achat d'un produit biologique sur le marché est un investissement pour les producteurs, car il coûte deux fois plus cher qu'un insecticide chimique. Ces économies peuvent être réinvesties dans d'autres projets bénéfiques pour la coopérative.

Faire la différence : de Coca à Cacao 

Pour en savoir plus sur le contexte historique de la région de San Martin, Justine Chesnoy, fondatrice de Cacao Latitudes, souhaite partager l'histoire de Martiza Truijillo. Justine a travaillé en étroite collaboration avec elle pendant 4 ans au Pérou, alors qu'elle était responsable d'ECOM Pérou. 

Martiza, directrice du développement durable et de la certification du cacao et du café au Pérou, est née dans la région de Huánuco. Comme beaucoup d'autres régions reculées du Pérou, Huánuco a connu une vague de violence militaire liée à la drogue et au terrorisme dans les années 1980.

"Là où il y a de la drogue, il y a du terrorisme. 

Les parents de Maritza étaient agriculteurs. Même s'ils ne cultivaient pas de coca, presque tous les champs environnants en cultivaient. À cette époque, explique Maritza, il y avait des petits villages au milieu de nulle part où le dollar américain régnait en maître. La majeure partie de cet argent était dépensée en alcool et en prostitution ; la nourriture devait être importée.

Le terrorisme lié à la drogue a fait des milliers de morts, tant du côté des trafiquants que de l'armée. "Un jour, des soldats sont venus dans mon village et ont tué tous les adultes", raconte Maritza. "L'armée pensait qu'ils aidaient les narcotrafiquants. Mes parents étaient partis faire des courses, mais ils ont tué mon oncle. J'avais dix ans.

Au début des années 2000, le gouvernement péruvien a mis en place la Commission Vérité et Réconciliation. Les Nations unies et l'USAID ont accordé des fonds pour éradiquer les champs de coca du pays et convaincre les agriculteurs de se tourner vers d'autres cultures, à savoir le café et le cacao.

Après avoir terminé ses études d'agronomie, Maritza a rejoint le projet de développement alternatif à la coca, où elle a travaillé avec près de 120 producteurs. Si ces derniers étaient désireux d'avoir enfin la tranquillité d'esprit, ils n'en ont pas pour autant renoncé à la culture de la coca.

Il n'a pas été facile de leur faire accepter ce changement. Le coca peut être récolté en six à huit mois, alors que le cacao nécessite deux à quatre ans selon les variétés. Finalement, 75 % des producteurs ont choisi de planter un hybride de cacao appelé CCN-51, car il pousse rapidement, s'adapte bien aux conditions climatiques, produit des rendements élevés et résiste aux maladies.

Un autre défi a été de convaincre les agriculteurs d'arrêter de couper les arbres. La majorité d'entre eux cultivaient également du maïs, qui nécessite une déforestation. Les cacaoyers, en revanche, poussent dans des forêts pérennes. 

"Il s'agissait de tout un processus de sensibilisation. 

Aujourd'hui, les impacts sociaux et environnementaux sont tangibles. Non seulement les forêts sont revenues dans l'écosystème, mais la vie des communautés locales a aussi complètement changé. "Aujourd'hui, les producteurs ne gagnent pas nécessairement plus d'argent, mais ils ont une meilleure qualité de vie", explique Maritza. "La répartition des revenus a changé. Par exemple, les parents envoient leurs enfants à l'école. Les femmes, qui étaient autrefois confinées à la maison sous prétexte de sécurité, participent aujourd'hui à la prise de décision. Leur rôle est valorisé." Au final, le remplacement de la coca par le cacao a transformé l'ensemble du système économique et social local.

Partager sur le réseau social

Récemment publié

Goût et saveur

L'évolution du goût du cacao

1er mai 2024

Lorsque l'on travaille avec du cacao de qualité supérieure, il est facile d'établir des parallèles avec le monde du vin. Tout comme le raisin, le cacao est sensible à diverses...

S' inscrire à notre lettre d'information

En savoir plus

Goût et saveur

L'évolution du goût du cacao

1er mai 2024

Lorsque l'on travaille avec du cacao de qualité supérieure, il est facile d'établir des parallèles avec le monde du vin. Tout comme le raisin, le cacao est sensible à diverses...

Copyright © 2024 Cacao Latitudes | Conditions d'utilisation | Politique de cookies

DEMANDER DES INFORMATIONS SUR UNE COMMANDE PLUS IMPORTANTE