£0.00 0
Panier

Aucun produit dans le panier.

Plongée en profondeur : Le Cameroun renoue avec le cacao de qualité supérieure

1er mai 2024

Frédéric Mouen connaissait peu le cacao lorsqu'il a décidé de créer Abbia. Son père a été l'un des premiers ingénieurs agronomes du Cameroun, mais Frédéric s'est orienté vers une carrière d'ingénieur. C'est aux Etats-Unis, où il s'est temporairement installé, qu'il a découvert le mouvement feve-to-Bar. Il s'intéresse alors à la culture du cacao feve et envisage de travailler avec les agriculteurs sur les terres de son père. Avec ses associés Victor et Bryan, respectivement ingénieur géologue et banquier, Frédéric crée Abbia, dont le nom rend hommage aux jetons de jeu sculptés que les communautés du Sud Cameroun utilisaient pour jouer. Le jeu d'Abbia avait été interdit par les colonisateurs allemands en raison de ses conséquences parfois tragiques.

"Abbia Cocoa a été créé grâce à des fonds d'amorçage provenant de Jigoro Investments, NFP, une organisation à but non lucratif (501(c)3) dédiée aux investissements durables et éthiques au Cameroun et dans d'autres pays sous-développés d'Afrique subsaharienne.

Avant les années 1980. Le Cameroun était réputé pour son cacao fin et savoureux. Depuis, pour certaines raisons, l'industrie du cacao n'était plus une priorité et la plupart des agriculteurs se sont tournés vers le cacao en vrac. J'ai donc décidé de me concentrer sur des exploitations très anciennes, créées au début des années 1910 par les Allemands. Toutes appartiennent encore à des familles qui y sont attachées. Avec mon partenaire local, Victor, nous avons découvert que le cacao était déjà de très bonne qualité, produit dans un environnement agroforestier exceptionnel. L'étape suivante consistait à maîtriser le processus d'obtention des certificats de cacao de spécialité. C'est ce que nous avons fait avec l'aide de Zoï (ZOTO.be)".

À la recherche des anciennes plantations oubliées

Abbia est née d'une idée : retrouver d'anciennes plantations oubliées datant de la colonisation allemande. Il faut savoir que ce sont les Portugais qui ont introduit les plants de cacao au Cameroun. Il s'agissait principalement de cacaoyers Forastero venus du Brésil. Mais ce sont les Allemands qui ont développé la production de cacao au Cameroun. Le Cameroun était alors un fournisseur de cacao de haute qualité pour de nombreux marchés européens, dont la France et l'Allemagne. Mais lorsque la production de pétrole a commencé au Cameroun dans les années 1970, l'agriculture s'est effondrée et l'infrastructure qui permettait le transport et l'exportation du cacao de qualité feves a été détruite.

De nombreuses plantations sont restées en friche, souvent par manque de moyens financiers. Les cacaoculteurs qui continuent à cultiver le cacao vivent souvent d'autres cultures, comme les bananes, les bananes plantains, les mangues, les prunes, les mandarines, les avocats et les fruits sauvages. Ils peuvent même se lancer dans l'agriculture maraîchère. Les cacaoyers s'intègrent parfaitement à la forêt et aux autres plantations, de manière tout à fait harmonieuse, selon un principe d'agroforesterie que l'on pourrait qualifier de naturel.

"Il y a encore du travail à faire, mais je pense que nous sommes sur la bonne voie pour fournir un cacao de spécialité exceptionnel en provenance du Cameroun. Ce projet aidera nos partenaires agriculteurs et leurs familles, mais dans mon esprit, il pourrait également être un bon moyen de promouvoir un élément de la culture camerounaise au nom d'ABBIA qui était un jeu de hasard populaire joué au Cameroun pendant des siècles jusqu'au milieu des années 1950."

Préserver un patrimoine culturel

Au Cameroun, les plantations sont transmises de génération en génération. Elles sont considérées à juste titre comme des ressources précieuses et ont une valeur culturelle importante. Contrairement aux plantes hybrides, les cacaoyers peuvent vivre jusqu'à cent ans. C'est pourquoi les agriculteurs camerounais conservent leurs vieux arbres, avec une vision à long terme de l'héritage.

C'est en parcourant la région de Yaoundé à la recherche de ces fameuses plantations oubliées et des paysans qui en ont hérité que Victor a rencontré Robert Mbilongo à Maganga, un petit village situé à 80 km de Yaoundé. Devenu banquier et maire de sa commune, M. Mbilongo a toujours gardé un amour profond pour la ferme familiale et le travail dans les plantations.

Maganga est l'une des régions les plus riches en forêts du Cameroun, et les plantations sont situées au milieu de la forêt. Comme la plupart de ces arbres sont vieux (de 20 à 100 ans), ils sont grands, robustes et nécessitent peu d'entretien. Cependant, pour atteindre les plantations, il faut souvent marcher ou conduire une moto sur une distance de 8 km, ce qui rend le transport et le travail du cacao particulièrement difficiles.

En partenariat avec Abbia Specialty Cocoa, M. Mbilongo transmet cette expertise à sa communauté d'agriculteurs, qu'il dirige en réintroduisant les techniques et les bonnes pratiques de sa jeunesse pour produire un cacao de qualité supérieure feves.

M. Mbilongo souhaitait développer la production de cacao dans la région, mais ne disposait pas des infrastructures nécessaires. C'est cet engagement commun à créer une chaîne de valeur durable pour la communauté locale qui a conduit Abbia et M. Mbilongo à devenir partenaires.

Construire une nouvelle chaîne de valeur : Une série d'essais et d'erreurs

Bien que M. Mbilongo soit aujourd'hui le "planteur en chef" d'Abbia, la mise en place de cette toute nouvelle chaîne de valeur a nécessité des essais et des erreurs.

La première année, Abbia commence par acheter du cacao à M. Mbilongo. La première tonne est expédiée à Chicago, où Frédéric réside à l'époque. Déterminé à créer un nouveau marché pour ce cacao camerounais de grade 1, Frédéric rend visite à divers chocolatiers feve-to-Bar. Une question revient sans cesse : La plantation a-t-elle la capacité d'exporter plus d'une tonne ? Abbia commande donc un conteneur de 12 tonnes. Cependant, en raison du prix de vente jugé élevé, Abbia se retrouve avec ce stock pendant près d'un an. Conscient de l'importance de tenir sa parole vis-à-vis de M. Mbilongo, Frédéric commande un autre conteneur de 12 tonnes, qu'Abbia vend cette fois localement.

La deuxième année, Frédéric et ses partenaires se rendent compte que la qualité du site feves est moindre. La gestion de la fermentation et du séchage pour une tonne de cacao est beaucoup plus facile que pour douze tonnes. La fermentation dure environ 6 jours et le séchage environ 7 jours. Compte tenu du manque d'infrastructures, la fermentation et le séchage de 12 tonnes de cacao nécessitaient de répéter le processus de nombreuses fois. Le risque d'erreur s'en trouve accru et le processus peut être précipité pour gagner du temps, ce qui entraîne une perte de qualité.

Mise en œuvre de nouveaux protocoles de contrôle de la qualité

La troisième année, les trois associés décident de suivre de près le processus de fermentation et de séchage. Victor s'investit personnellement dans cette tâche. Tout d'abord, avec M. Mbilongo, il sélectionne une dizaine d'agriculteurs en fonction de leur motivation à maintenir des normes de qualité. Pendant deux mois, il visite une parcelle par jour autour de Manganga. Il sélectionne 10 arbres, âgés de 20 à 100 ans. Pour chaque arbre, il sélectionne une gousse à tester. Il mesure le pH de la pulpe, goûte le feves et le mucilage. Les résultats des tests sont envoyés à Zoï, un expert en analyse sensorielle et en processus de fermentation et de séchage du cacao.

À partir de ces tests, Zoï établit deux profils de saveurs : fruité et chocolaté. Elle propose également un design pour les caisses de fermentation et recommande l'achat d'aires de séchage. Victor met ensuite en place ces nouveaux protocoles de fermentation et de séchage afin d'assurer la constance des profils de goût. À partir de ce moment, les agriculteurs s'occupent de la culture, tandis que Victor gère les processus de fermentation et de séchage. Cette répartition des rôles décharge les agriculteurs de la responsabilité des erreurs de fermentation et de séchage.

Une fois que les feves sont secs, c'est-à-dire qu'ils ont atteint un taux d'humidité d'environ 7 %, ils sont triés à la main et placés dans des sacs GrainPro hermétiques. Ces sacs protègent les feves des insectes et maintiennent leur niveau d'humidité pendant le transport. Le port de Douala est situé dans une région très humide. Si le cacao feves était stocké dans des sacs de jute, il y aurait un risque élevé de moisissure. Les feves reçus par Cacao Latitudes en 2021 sont le résultat de ces nouveaux protocoles de qualité. De plus, ces protocoles ont permis au cacao Abbia feves d'obtenir la certification biologique garantie par Ecocert en octobre 2021.

Promouvoir le terroir camerounais avec Cacao Latitudes

Sur recommandation d'une connaissance commune, Frédéric envoie des échantillons à Kate Cavallin et Justine Chesnoy de Cacao Latitudes.

Kate et Justine sont impressionnées par la qualité du cacao d'Abbia feves. Elles sont désireuses de promouvoir le terroir camerounais, qui est encore souvent négligé ou même perçu négativement dans l'industrie du cacao. Pourquoi ? Parce que les pays africains souffrent souvent de stéréotypes négatifs, dont celui d'être associés au travail des enfants. Pourtant, l'éducation des enfants est une priorité pour les Camerounais. Malgré la destruction des écoles publiques par le gouvernement camerounais, les parents continuent d'investir massivement dans l'éducation de leurs enfants. Faute d'une éducation locale de qualité, les enfants sont envoyés dans des écoles situées dans les grandes villes de la région. C'est aussi la raison pour laquelle Abbia soutient l'école primaire locale.

L'importance de l'engagement à long terme

Pour soutenir la nouvelle chaîne de valeur qu'Abbia et son partenaire, M. Mbilongo, tentent de mettre en place, Cacao Latitudes décide de commander dans un premier temps 2 tonnes de cacao feves. Kate et Justine prennent alors la décision de s'engager sur le long terme. Afin de garantir des volumes durables, Cacao Latitudes devra constituer chaque année un portefeuille durable de clients. Il s'agit généralement d'au moins quatre chocolatiers de taille moyenne feve-to-Bar et d'un grand fabricant de chocolat. La constitution d'un tel portefeuille prend en moyenne quatre ans.

"Le partenariat avec Abbia est exceptionnel car Frédéric et ses partenaires viennent d'horizons différents et apportent de nouvelles perspectives. Nous avons un véritable lien de confiance. Non seulement ils font preuve d'un réel investissement dans les communautés locales et d'une grande motivation, mais ils respectent aussi profondément mon métier", explique Justine Chesnoy.

En effet, ayant lui-même tenté de créer un marché pour son feves et ayant développé tous les premiers maillons de la chaîne de valeur, de la plantation à l'exportation, Frédéric comprend la complexité et la multitude de risques qui s'accumulent à chaque étape.

Partager sur le réseau social

Récemment publié

Goût et saveur

L'évolution du goût du cacao

1er mai 2024

Lorsque l'on travaille avec du cacao de qualité supérieure, il est facile d'établir des parallèles avec le monde du vin. Tout comme le raisin, le cacao est sensible à diverses...

S' inscrire à notre lettre d'information

En savoir plus

Copyright © 2024 Cacao Latitudes | Conditions d'utilisation | Politique de cookies

DEMANDER DES INFORMATIONS SUR UNE COMMANDE PLUS IMPORTANTE